Menu

Financement des présidentielles : investissements dans les pays émergents

La dynamique politique est désormais transversale sur la planète. Tout le monde, ou presque, a compris la nécessité de disposer d’un trésor de guerre conséquent pour accéder au pouvoir suprême. Il n’y a pas que chez les grandes puissances que l’on voit fleurir des budgets faramineux. Les pays émergents ne sont pas en reste quand vient le moment de monter des budgets de campagne.

Parmi les exemples les plus frappants, on a ceux de la Russie et de l’Inde. Deux pays dont l’étendue impose un rythme infernal à la classe politique et à son entretien. En Russie, depuis l’effondrement de l’empire soviétique, les habitudes ont tellement changé que les responsables politiques sont entrés dans un cycle infernal. Celui où l’influence de l’argent a pris le pas sur la morale et autres vertus.

Ce qu’il faut déjà savoir c’est que la loi électorale de la Fédération de Russie est assez particulière dans le fond et dans la forme. Au départ, selon l’article 34 de la Loi sur l’élection du président, chacun des candidats doit disposer d’un minimum de 100 000 signatures de citoyens qui l’appuient. Ce qui fait que dans cet immense pays, il faut avoir le temps et les moyens de se rendre dans toutes les régions pour être éligible à l’éligibilité. Cette situation, loin des deux millions de signatures auparavant exigées, crée quand même une inégalité entre les potentiels postulants au fauteuil de chef du Kremlin.

Ainsi, ayant verrouillé une bonne partie des secteurs de production et imposé un chantage sournois aux donateurs « historiques » des partis politiques, l’actuel titulaire du poste, Vladimir Poutine, est toujours à la manœuvre. Beaucoup d’argent coule et la corruption va bon train. Élu en 2012 avec 64% des voix dès le premier tour, l’actuel président russe a su mettre l’appareil gouvernemental à son avantage et bénéficier de largesses d’oligarques locaux. L’opposition n’en est pas en reste et il se dépense de l’argent, beaucoup d’argent pour être compétitif. En 2011, la banque publique Sberbank, qui gère la comptabilité des virements financiers et des dépenses des partis dans la campagne électorale, évaluait à 96 millions $US la somme totale des fonds préélectoraux.

Démesure au pays de Ghandi

En Inde, ce qui a été considéré comme le plus grand scrutin de l’histoire de la nation en 2014 en a soufflé plus d’un. On estime à près de 6 milliards $US la somme dépensée par tous les partis politiques, soit trois fois plus que pour les élections générales de 2009. La principale raison est qu’une nouvelle génération est entrée dans le jeu politique et est assujettie à une autre forme de communication et de militantisme.

La percée du numérique, par exemple, avec l’utilisation de nouveaux supports pour les campagnes et des spécialistes, indiquent qu’on est passé de 90 millions $US à près de 400 millions $US de dépenses promotionnelles. La démocratie en Inde a dépassé l’ère du « cheap » et le bon marché n’attire plus. Les réunions au coin de la rue sont reléguées aux oubliettes et vive l’intelligence téléphonique.

Évidemment, cela apporte son lot de travers et le Parlement indien a été obligé de faire passer une loi pour assainir les mœurs politiques. Quand on sait que près de 70% des dons adressés aux partis politiques ont une origine inconnue, le bon sens le plus élémentaire veut que l’on fasse le ménage.

Cela réduira-t-il les sommes engagées pour soutenir les différents candidats, à la présidence, ou à un mandat de représentant ? Dans le cas russe, la récession a naturellement refréné certaines ardeurs, mais certains indépendants de fortunes poursuivent leur chemin. En Inde, par contre, l’embellie économique et la puissance des castes prédisent une hausse plus que jamais constante des dépenses électorales. Dans ce pays où l’innovation est un mantra, ce n’est absolument pas surprenant.



Retour en haut

Grands titres

Prev Next Page:

AE ENTREPRISE

logo AE
Afrique Expansion Inc.

Créée en 1995, Afrique Expansion Inc. est une firme de consultants en communication et développement international dont la mission est de promouvoir les relations et les partenariats d’affaires entre les entreprises canadiennes et africaines.
Plus d'infos

AE MAGAZINE

  • logo AEM
    Afrique Expansion Magazine

    Depuis 12 ans, Afrique Expansion Magazine est une revue internationale des affaires qui fait la promotion des échanges commerciaux et des partenariats d’affaires entre l’Afrique et les Amériques... + Plus d'info...
    + Plus d'info...

FORUM AFRICA

  • logo forum new
    Forum Africa

    Rendez-vous d’affaires Organisé par Afrique Expansion Magazine. Il réunit des entrepreneurs, personnalités politiques et dirigeants d’organismes publics et privés...
    + Plus d'info...

CONTACT

  • Afrique Expansion Magazine est une publication du groupe Geramcommunications Inc.
    Tel: +1 (450) 902-0527
    Fax: +1 (514) 393-9024
    Email:
    Équipe
    facebookTwitterYoutubeLinkedin

Web Analytics
×
Newsletter

Abonnez-vous à notre infolettre

* Obligatoire