Menu

Immigration – Grands bouleversements planétaires

Alors que Donald Trump propose un nouveau décret sur l’immigration aux États-Unis, que le Canada subit les contrecoups en tentant d’enligner le mieux possible sa politique en la matière et que l’Afrique voient chaque année des centaines de milliers d’habitants fuir le continent, les migrants n’ont jamais été aussi nombreux sur la planète. Une période de grands bouleversements qui demandent déjà des réponses aussi efficaces que pressentes.

Frappé dans son orgueil propre suite au rejet de son premier décret migratoire présenté fin janvier, le président Trump est revenu à la charge aujourd’hui avec une version dite «adoucie» et «adaptée» au test de la justice américaine. L’Irak a ainsi quitté la liste des pays indésirables (Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen) et les États-Unis n’accueilleront pas plus de 50 000 réfugiés en 2017, un nombre bien de l’objectif précédent de 110 000 fixé par l’administration Obama.

La chose n’est pas anodine, surtout quand on considère que les États-Unis sont la première destination de la planète avec près de 20% des migrants, suivis de l’Allemagne, de la Russie et de l’Arabie saoudite qui, à eux trois, rassemblent 14% des personnes migrantes sur le globe. Un chiffre à retenir ici : 244 millions. C’est le nombre de migrants recensés sur la planète en 2015, plus que jamais dans l’histoire, une donnée qui continuera à augmenter ces prochaines années.

L’Europe est à ce sujet la première touchée. On pense bien sûr à la Grèce qui reçoit quotidiennement des centaines de réfugiés venus notamment du continent africain, mais également à la France et sa fameuse «jungle de Calais» démantelée dans un grand boucan médiatique à l’automne 2016, un endroit où s’entassaient dans des conditions questionnables plus de 7000 personnes cherchant souvent à gagner l’Angleterre. Dans un éditorial daté du 25 octobre dernier, le quotidien Le Monde soulignait le caractère inévitable de ces mouvements migratoires et la nécessité d’adapter les réponses à la réalité vécue.

« La "jungle" de Calais peut aussi préfigurer l’avenir. Elle illustre ce qui attend les Européens et que leurs responsables politiques, pusillanimes, se refusent à leur dire. L’immigration ne va pas cesser. Elle commence. D’ici trente-cinq ans, la population active d’une Europe vieillissante va passer de 270 millions à 200 millions. D’ici à 2050-2060, la population de l’Afrique – 1 milliard d’habitants aujourd’hui – pourrait doubler... Des chiffres à mettre en rapport les uns avec les autres et qui mènent à cette conclusion : les "jungles" de Calais ou d’ailleurs pourraient se multiplier. Sauf à ce que les pays de l’Union européenne comprennent enfin que l’Europe se reconstruira sur ce défi : la gestion et l’intégration d’une partie du grand flux migratoire qui va marquer ce siècle. L’investissement est énorme : centres d’examen des demandes installés dans les pays de départ ; sommets annuels entre l’UE et ces derniers pour définir ce qui est possible et ce qui ne l’est pas en matière d’immigration. Enfin, chez nous, réforme de l’État-providence pour qu’il s’adapte à cette belle mais difficile mission qu’est l’intégration. Le reste, tout le reste, est secondaire. »

Bénéfices économiques

Alors que plusieurs pays se ferment face à l’immigration, il n’existe pas de consensus clair, de nombreux autres pays voyant là l’occasion de compenser leur démographie vieillissante, le tout au bénéfice de l’économie nationale. On parle souvent à ce sujet de pays dits «modèles» comme le Canada, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande où environ 20% de la population sont issus de l’immigration. Clés de leurs succès, des cibles d’immigration bien définies avec un rigoureux système de sélection selon certains critères préétablis.

« Ce sont des pays beaucoup plus proactifs, qui, pour des raisons démographiques et économiques, cherchent depuis longtemps l'immigration. Et on en a besoin », explique en entrevue à Radio-Canada Marilyn Steinbach, professeure à l'Université Sherbrooke qui ajoute que l’Europe ne recherche pas ce type d’immigration, mais la subit. « Ils n'ont pas beaucoup d'espace, ils ne veulent pas ça, mais les gens entrent quand même. C'est sûr que les immigrants continuent d'arriver en Europe, plutôt illégalement, et des fois légalement, mais ils n'ont pas les mêmes besoins démographiques que des pays comme le Canada ou l'Australie. »

N’en déplaise aux Donald Trump de ce monde, ce message positif sur l’immigration fait tranquillement son chemin et ils sont de plus en plus nombreux à reconnaître qu’il s’agit là d’un facteur qui peut influer avantageusement sur l’économie des différents pays concernés. Et ce, même en France !

« Aucun économiste n’a jamais réussi à démontrer un lien évident entre immigration et chômage », confiait dans les pages du Monde Thibault Gajdos, chercheur au CNRS, précisant que « quand il y a un lien, il est positif pour le marché de l’emploi. » Positif donc pour les finances nationales et la croissance économique, un avis que partage Jean-Christophe Dumont, chef de la division chargée des migrations internationales à l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), lui aussi cité par le quotidien français.

« La contribution des immigrés à l’économie est supérieure à ce qu’ils reçoivent en termes de prestations sociales ou de dépenses publiques. [...] Cela n’a ni augmenté le taux de chômage ni fait baisser le niveau du salaire moyen », concluait M. Dumont.

Le débat n’est certes pas nouveau, mais l’arrivée du nouveau président a assurément secoué une planète déjà en questionnement sur la question. L’équipe d’Afrique Expansion sur penchera donc sur le phénomène migratoire avec un regard en profondeur à la fois au Canada et en Afrique, en touchant différents aspects à considérer dans ce débat. Un dossier à lire tout au long de la semaine dans les pages Web de votre pont économique entre l’Amérique et le continent africain.



Retour en haut

Grands titres

Prev Next Page:

AE ENTREPRISE

logo AE
Afrique Expansion Inc.

Créée en 1995, Afrique Expansion Inc. est une firme de consultants en communication et développement international dont la mission est de promouvoir les relations et les partenariats d’affaires entre les entreprises canadiennes et africaines.
Plus d'infos

AE MAGAZINE

  • logo AEM
    Afrique Expansion Magazine

    Depuis 12 ans, Afrique Expansion Magazine est une revue internationale des affaires qui fait la promotion des échanges commerciaux et des partenariats d’affaires entre l’Afrique et les Amériques... + Plus d'info...
    + Plus d'info...

FORUM AFRICA

  • logo forum new
    Forum Africa

    Rendez-vous d’affaires Organisé par Afrique Expansion Magazine. Il réunit des entrepreneurs, personnalités politiques et dirigeants d’organismes publics et privés...
    + Plus d'info...

CONTACT

  • Afrique Expansion Magazine est une publication du groupe Geramcommunications Inc.
    Tel: +1 (450) 902-0527
    Fax: +1 (514) 393-9024
    Email:
    Équipe
    facebookTwitterYoutubeLinkedin

Web Analytics
×
Newsletter

Abonnez-vous à notre infolettre

* Obligatoire