Menu

Forum de Davos – Le président chinois Xi Jinping, nouveau Messie du libre-échange

Moment fort de l’édition 2017 du Forum économique mondial (WEF), l’allocution du président chinois Xi Jinping était fort attendue mardi en ouverture de l’événement. Une tribune à Davos dont le leader s’est servie pour lancer un avertissement bien senti à la planète tentée par des mesures protectionnistes.

Chose rare, la grande salle plénière du palais des Congrès de Davos affichait complet tellement le discours de M. Xi était attendu. « Nous avons hâte d'entendre sa déclaration », avait déclaré dans la matinée le PDG du groupe norvégien d'engrais Yara à l'Agence France-Presse.

Alors qu’il s’adressait à l’élite économique mondiale, tous s’entendent pour dire que l’allocution était avant tout dirigée vers une seule personne absente en Suisse, le président élu américain Donald Trump qui prendra ses fonctions officielles vendredi. « La mondialisation est irréversible », a d’emblée souligné mardi le président chinois Xi Jinping, allusion directe à Trump qui, en campagne présidentielle comme depuis son élection, ne cache pas son aversion envers le libre-échange qui aurait selon lui coûté des centaines de milliers d’emplois aux États-Unis. Une position que ne partage visiblement pas l’homme fort de l’Empire du Milieu.

« Cela ne sert à rien de blâmer la mondialisation » pour les problèmes de la planète, a affirmé M. Xi cité par l’AFP lors de son discours d'ouverture du WEF, nommant explicitement « le chômage, les migrations et la crise financière de 2008 ».

« Toute tentative de stopper les échanges de capitaux, technologies et produits entre pays (...) est impossible et à rebours de l'histoire », a lancé Xi Jinping toujours cité par l’agence française, autre adresse directe au futur président américain qui dit vouloir mettre en place des barrières tarifaires ou douanières pour protéger les emplois au pays de l’Oncle Sam. « Personne n'émergera en vainqueur d'une guerre commerciale », a averti le dirigeant chinois tout en admettant que la mondialisation était une « lame à double tranchant » qu'il fallait « rééquilibrer » afin d’éviter ses conséquences néfastes.

Se méfier de la grogne populaire

Comme chaque année depuis 47 ans, la station balnéaire suisse de Davos se transforme le temps d’une semaine en épicentre de l’économie mondiale où se retrouvent hommes d’affaires et chefs d’entreprises, leaders gouvernementaux et hommes politiques. L’endroit et sa faune particulière sont évidemment acquis au libre-échange et tous semblaient heureux de se trouver un nouvel apôtre en la personne du président de la deuxième puissance économique mondiale.

Mais en dépit de l’unanimité provoquée par l’allocution du dirigeant chinois, une ombre de mécontentement populaire plane sur Davos, une hostilité qu’on sent croissante des couches populaires occidentales dont le vote du Brexit ou l’élection de Trump ne sont que les signes les plus manifestes. Conscient du fossé qui s’érige lentement mais sûrement, le fondateur du WEF, Klaus Schwab, a estimé auprès de l’AFP qu’il importait maintenant de trouver « pourquoi les gens sont en colère et pas satisfaits », soulignant que l'exclusion sociale et les inégalités se posaient comme principaux dangers en 2017. Un constat confirmé par une étude publié lundi par les organisateurs de Davos qui montre bien que le revenu annuel médian a baissé dans les pays avancés au cours des cinq dernières années.

Une situation qui n’échappe pas non plus aux dirigeants d’entreprises. « Nous devons écouter ce que disent les gens. Les avantages de la mondialisation sont plus clairs dans les pays émergents que dans les pays développés », a analysé pour l'AFP Sergio Ermotti, patron du géant bancaire suisse UBS. « Une implosion de la confiance », aux dires de l’homme d’affaires Richard Edelman.

En fin orateur qu’il est et conscient des défis mondiaux, le leader chinois a à son tour estimé que la mondialisation « crée de nouveaux problèmes », qu’elle « doit être plus inclusive et plus durable » en ajoutant la nécessité de la « rééquilibrer », note encore l’AFP. Reprenant un thème cher à la Chine, Xi Jinping a blâmé des institutions internationales « inadéquates et insuffisamment représentatives », allusion directe au FMI et à la Banque mondiale qui, selon Pékin, ne lui offre pas une place proportionnelle à son poids économique.

Avec l’arrivée de Donald Trump à la tête des États-Unis, il semble clair que la Chine souhaite en profiter pour prendre plus de place dans les échanges commerciaux planétaires. Un vide américain qui laisse donc le champ libre à la première nation marchande du globe, une Chine qui souhaite désormais être perçue comme le plus fidèle des apôtres du libre-échange mondial.

Un possible « ange commercial » donc, mais qui ne berne pas tout le monde. « Il faut voir cette nouvelle politique pour ce qu'elle est : une promotion du mercantilisme chinois », souligne auprès de l’AFP Christopher Balding, professeur à l'université de Pékin.



Retour en haut

Grands titres

Prev Next Page:

AE ENTREPRISE

logo AE
Afrique Expansion Inc.

Créée en 1995, Afrique Expansion Inc. est une firme de consultants en communication et développement international dont la mission est de promouvoir les relations et les partenariats d’affaires entre les entreprises canadiennes et africaines.
Plus d'infos

AE MAGAZINE

  • logo AEM
    Afrique Expansion Magazine

    Depuis 12 ans, Afrique Expansion Magazine est une revue internationale des affaires qui fait la promotion des échanges commerciaux et des partenariats d’affaires entre l’Afrique et les Amériques... + Plus d'info...
    + Plus d'info...

FORUM AFRICA

  • logo forum new
    Forum Africa

    Rendez-vous d’affaires Organisé par Afrique Expansion Magazine. Il réunit des entrepreneurs, personnalités politiques et dirigeants d’organismes publics et privés...
    + Plus d'info...

CONTACT

  • Afrique Expansion Magazine est une publication du groupe Geramcommunications Inc.
    Tel: +1 (450) 902-0527
    Fax: +1 (514) 393-9024
    Email:
    Équipe
    facebookTwitterYoutubeLinkedin

Web Analytics
×
Newsletter

Abonnez-vous à notre infolettre

* Obligatoire